Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 06:00

 

‘Hanoucca N°4

(L’allumage des Nerot ‘Hanoucca la veille de Shabbat) 

 

                                                                                     Imprimer 


Question

Comment doit-on procéder pour l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca la veille de Shabbat ?

 

Réponse

 

Dans quel ordre procéder ? Nerot Shabbat ou Nerot ‘Hanoucca ?

 

MARAN tranche dans le Shoul’han ‘Aroukh (O.H 679) :

« La veille de Shabbat ‘Hanoucca, on allume d’abord les Nerot de ‘Hanoucca, et ensuite les Nerot de Shabbat. »

 

Il semble que cette ordre implique l’entrée de Shabbat par l’allumage des Nerot de Shabbat, car si l’on allumait d’abord les Nerot de Shabbat, on ne pourrait peut-être plus allumer les Nerot de ‘Hanoucca, puisque l’entrée de Shabbat aurait été provoquée par l’allumage des Nerot de Shabbat.

 

Pourtant, nous savons parfaitement que MARAN lui-même tranche que l’entrée de Shabbat ne dépend absolument pas de l’allumage des Nerot de Shabbat, comme on le voit dans le Shoul’han ‘Aroukh (O.H 263-10) dont voici les termes :

 

« Selon l’auteur du Hala’hot Guedolot, dès l’instant où l’on a allumé les Nerot de Shabbat, Shabbat est rentré pour nous, et il nous est interdit d’effectuer tout travail. Selon cela, quelques femmes ont l’usage, après avoir récité la Bera’ha et allumé les Nerot, de jeter à terre, sans l’éteindre, la mèche qui leur a servi à allumer.

Certains disent que, si avant d’allumer, on émet la condition que l’on acceptera Shabbat qu’au plus tard, au moment où le Hazzan (officiant) dira Baré’hou, cela est valide.

Certains disent que cela n’est pas valide.

Certains contredisent l’auteur du Hala’hot Guedolot et sont d’avis que l’entrée de Shabbat ne dépend pas de l’allumage mais seulement du moment où le Hazzan dira Baré’hou et débutera la prière de Arvith, à cet instant, tout le monde cesse tout travail.

Pour nous, quand on récite Mizmor Shir léyom Hashabbat (il précède Baré’hou), cela équivaut à Baré’hou pour eux. »

 

Note explicative :

Attention !! Si le coucher du soleil arrive avant la prière de Arvith, il provoque l’entrée de Shabbat de façon obligatoire. 

 

Nous pouvons constater que dans ce paragraphe, Maran rapporte 4 avis :

 

1.    l’auteur du Hala’hot Guedolot qui pense que l’entrée de shabbat est liée à l’allumage

2.    l’avis de ceux qui pensent que, si l’on émet la condition au préalable, l’allumage ne provoque pas notre acceptation de Shabbat, et cela, au plus tard, jusqu’à la prière de Arvith. (si le soleil ne s’est pas couché entre temps)

3.    l’avis de ceux qui pensent qu’aucune condition n’est valable

4.    l’avis de ceux qui contredisent l’auteur du Hala’hot Guedolot, et selon eux, l’entrée de Shabbat ne dépend pas du tout de l’allumage des Nerot.

 

Règles d’interprétation du Shoul’han ‘Aroukh

 

Il existe des règles d’interprétation des paroles du Shoul’han Aroukh, ce que l’on appelle les « Klalim ».

 

L’une d’entre elles est :

« Yesh Wé-Yesh, Hala’ha Ké-Yesh Batra »

C'est-à-dire : lorsque MARAN cite plusieurs avis dans un seul et même paragraphe du Shoul’han Aroukh, son avis personnel correspond toujours au dernier avis cité.

 

En l’occurrence, le dernier avis cité dans le paragraphe, pense que l’entrée de Shabbat ne dépend pas de l’allumage des Nerot.  

 

Cet avis est celui :

·         du RaMBaN (Sur Shabbat 23a)

·         du Meïri (Sur Shabbat 23a)

·         du RYTBA (Sur Shabbat 23a)

·         du RaSHBA (dans une Tshouva tome 1 chap.1070)

·         du RAHa (cité par le RAN sur Shabbat)

·         du RaN (sur Shabbat)

·         du RoSH (fin du Chap. « Bamé Madlikine »)     

 

Ce qui nous apprend que selon Maran, et au moins 6 Poskim Rishonim, l’entrée de Shabbat n’est pas liée systématiquement à l’allumage.

    


Alors pourquoi allumer les Nerot de ‘Hanoucca avant les Nerot de Shabbat ?

 


 

En réalité, MARAN écrit dans le Beit Yossef (O.H 679) que même si selon la Hala’ha, l’entrée de Shabbat ne dépend pas de l’allumage des Nerot de Shabbat, malgré tout, même selon l’opinion de ceux qui réfutent les propos de l’auteur du Hala’hot Guedolot, il est tout de même permis d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca avant les Nerot de Shabbat, alors pourquoi ne pas prendre en considération cette fois ci l’opinion de l’auteur du Hala’hot Guedolot.

Le RADBAZ exprime une opinion similaire à celle de MARAN, dans ses Tshouvot (tome 2 chap.757)

Le RAMA – dans Darké Moshé - objecte sur les propos de MARAN, en argumentant que selon le RASHBA, il faut impérativement allumer les Nerot de Shabbat avant celles de ‘Hanoucca, en raison du principe : « Tadir Vesheeno Tadir, Tadir Kodem » (« Lorsque se présentent 2 Miçwot simultanément, l’une plus fréquente que l’autre, la priorité revient à la plus fréquente des 2 »).

 

Mais le Gaon auteur du Shoul’han Gavoha explique les motivations de MARAN qui tranche dans les Hala’hot relatives à ‘Hanoucca, à l’inverse de ce qu’il a tranché dans les Hala’hot relatives à Shabbat.

En effet, selon lui, la mise en pratique du principe de Tadir Wesheeno Tadir n’implique que l’embellissement de la Miçwa fréquente, mais elle n’empêche pas la réalisation en priorité de celle qui n’est pas fréquente.

Ce qui veut dire que même si la Miçwa d’allumer les Nerot de Shabbat est plus fréquente (Tadir) que celle d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca (Sheeno Tadir), le fait d’allumer d’abord les Nerot de Shabbat n’est qu’un embellissement de la Miçwa, mais reste facultatif. C’est pour cela que dans les Hala’hot relatives à ‘Hanoucca, MARAN prend en considération la position de l’auteur du Hala’hot Guedolot, même s’il ne tranche pas comme lui dans les Hala’hot relatives à Shabbat.

 

De plus, selon le Sod (sens mystique de la Torah), il faut impérativement allumer d’abord les Nerot de ‘Hanoucca, et seulement ensuite celles de Shabbat, car nous allons de façon progressive et non régressive dans les différents niveaux du sacré (« Ma’alin Ba-Kodesh We-lo Moridin »), comme le rapporte le Sha’ar Ha-Kawanot (page 109 colonne 1), et comme l’explique notre maître le ‘HYDA dans son livre Birké Yossef (sur O.H 679 note 1).

 

Par conséquent, la veille de Shabbat, on allume d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite, les Nerot Shabbat.

 

Si l’on est en retard, et que l’entrée de Shabbat est proche, la femme peut allumer les Nerot Shabbat dès que le mari aura récité les Béra’hot et allumé le 1er Ner de ‘Hanoucca, même s’il reste au mari à finir l’allumage des autres Nerot de ‘Hanoucca.   

 

La veille de Shabbat, il ne faut pas allumer les Nerot ‘Hanoucca trop tôt, mais seulement 20 mn avant la Shki’a (le coucher du soleil).

Toutefois, si l’on désire allumer plus tôt, nous le pouvons à la condition de ne pas allumer plus tôt que l’horaire du Plag Ha-Min’ha.

 

La veille de Shabbat, il faut mettre suffisamment d’huile, ou prendre des bougies suffisamment longues, afin que l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca dure jusqu’à ½ heure après la sortie des étoiles, ce qui représente environ plus d’une heure depuis l’heure de l’allumage des Nerot ‘Hanoucca.

 

Si l’on ne possède pas une telle quantité d’huile, ou de telles bougies, pour toutes les Nerot ‘Hanoucca qu’il faut allumer ce jour-là, il faut veiller à ce qu’au moins un Ner brûle ce temps-là, afin de s’acquitter au moins du strict Din.

 

Prière de Min’ha le vendredi de ‘Hanoucca

 

Selon de nombreux Poskim – comme l’auteur du Peri Megadim (Eshel Avraham sur O.H chap.671 note 10) ; notre maître le ‘HYDA dans Birké Yossef (sur O.H chap.679 note 2) ; le Gaon Rabbi ‘Haïm FALLAG’I dans son livre Shou’t Lev ‘Haïm (tome 2 chap.49), et d’autres - même la veille de Shabbat, il faut prier Min’ha avant d’allumer les Nerot ‘Hanoucca, car la prière de Min’ha correspond au sacrifice du Tamid (sacrifice perpétuel) qui était offert l’après-midi dans le Beit Hamikdash (voir Guémara Béra’hot 26b) , alors que l’allumage des Nerot ‘Hanoucca se fait en souvenir du Miracle qui s’est produit avec la Menora du Beit Ha-Mikdash (voir Guémara Shabbat 21b). Or, dans le Beit Ha-Mikdash, on offrait d’abord le sacrifice de l’après-midi, et ensuite on allumait la Menora (voir Guémara Pessa’him 59a).

Selon ces Poskim, même s’il n’y a pas de Minyan, on doit malgré tout prier Min’ha et ensuite allumer les Nerot de ‘Hanoucca.

 

Mais d’autres Poskim – comme l’auteur du Shéné Lou’hot Haberit (Shlah Ha-Kaddosh) dans son Siddour Sha’ar Ha-Shamaïm ; l’auteur du Eliyah Rabba (sur O.H 679) ; et d’autres, réfutent cette opinion et tranchent qu’il est tout à fait possible d’allumer d’abord les Nerot de ‘Hanoucca à la maison, et ensuite de se rendre à la synagogue pour prier Min’ha et Arvith, comme chaque vendredi de l’année.

 

Le père du Shlah Ha-Kaddosh (précédemment cité) – fait remarquer dans son livre ‘Emek Bera’ha (nouvelle édition page 244) que ceux qui prient Min’ha sans Minyan afin d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca après avoir prié Min’ha, sont dans l’erreur, car il n’y a rien de grave à allumer d’abord les Nerot de ‘Hanoucca, et ensuite se rendre à la synagogue pour prier Min’ha avec Minyan.

 

Le Gaon auteur du Shou’t çour Ya’akov (chap.136) précise que l’usage le plus répandu est que chacun allume d’abord ses Nerot de ‘Hanoucca te se rend ensuite à la synagogue afin de prier Min’ha avec le Minyan, pour ne pas perdre le mérite de la Miçwa de prier avec Minyan, dont la valeur est très importante, comme on peut le voir à travers les propos de la Guemara Béra’hot (8a).

 

L’auteur du Sidré Tahara – dans son livre Shiyouré Leket – écrit qu’après avoir consulté les livres des Poskim, il ne voit pas le moindre interdit au fait d’allumer d’abord les Nerot de ‘Hanoucca et ensuite de se rendre à la synagogue pour prier Min’ha, et il précise que c’est d’ailleurs ce qu’il fait lui-même lors du Shabbat ‘Hanoucca.

 

Le Gaon auteur du Shou’t Divré Moshé (Albershteim) (section O.H chap.15 note 5) atteste que le Gaon de Tsanz avait parfois l’usage d’allumer d’abord les Nerot de ‘Hanoucca et ensuite de se rendre à la synagogue pour prier Min’ha avec le Minyan, car il prenait en considération l’opinion du Shla'h Ha-Kaddosh selon qui, on n’a pas à négliger la Miçwa de prier avec Minyan, au bénéfice du fait d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca après Min’ha.

Telle est également l’opinion du Gaon auteur du Kaf Ha-’Haïm (sur O.H 671-note 79).

 

C’est la raison pour laquelle, si l’on a la facilité de trouver un Minyan de Min’ha qui prie suffisamment tôt pour permettre ensuite à chacun de se rendre chez lui pour allumer, il est préférable de prier d’abord Min’ha et ensuite d’aller allumer les Nerot de ‘Hanoucca.  

Mais, si l’on ne trouve pas facilement un Minyan qui prie Min’ha suffisamment tôt pour pouvoir ensuite allumer les Nerot ‘Hanoucca, dans ce cas, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF shalita écrit dans son livre Shou’t Yé’hawé Da’at (tome 1 chap.74) ainsi que dans son livre ‘Hazon Ovadia ‘Hanoucca (page 179) qu’il est préférable d’allumer d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite de prier Min’ha avec Minyan, plutôt que de prier Min’ha sans Minyan et d’allumer ensuite.

 

Courant d’air et Nerot ‘Hanoucca pendant Shabbat

 

MARAN tranche dans le Shoul’han ‘Aroukh (O.H 680) :

"La veille de Shabbat, il faut placer un objet quelconque qui fasse séparation entre les Nerot de ‘Hanoucca et la porte (lorsqu’on allume à la porte, côté gauche en entrant), afin que les Nerot ne s’éteignent pas par le courant d’air, chaque fois que l’on entre ou que l’on sort."

 

Il est vrai que le Gaon auteur du Mishna Beroura (sur 277 note 7) au nom du Ba’H (Baït ‘Hadash) permet d’ouvrir et de fermer une porte devant laquelle se trouve une bougie, à la condition de le faire délicatement, malgré tout, nous ne tenons que l’opinion de MARAN qui l’interdit dans toutes les conditions, comme le soulignent également le Gaon auteur du Maté Yehouda (Rabbi Yehouda ‘AYASH) et l’auteur du Maamar Morde’haï, sauf si – comme MARAN l’écrit lui-même dans les Hala’hot relatives à ‘Hanoucca – on place un objet devant les Nerot de ‘Hanoucca.

 

Lorsque les Nerot seront éteintes pendant Shabbat, il est interdit de déplacer la ‘Hanoukiya, car elle prend le statut de Moukçé. Sauf si l’on a émis verbalementavant Shabbat – la condition selon laquelle, dès que les Nerot seront éteintes, il nous sera permis de déplacer la ‘Hanoucciya.

 

                                                  Résumé

 

 

La veille de Shabbat, on allume d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite, les Nerot Shabbat.

Si l’on est en retard, et que l’entrée de Shabbat est proche, la femme peut allumer les Nerot Shabbat dès que le mari aura récité les Béra’hot et allumé le 1er Ner de ‘Hanoucca, même s’il reste au mari à finir l’allumage des autres Nerot de ‘Hanoucca.

 

La veille de Shabbat, il ne faut pas allumer les Nerot ‘Hanoucca trop tôt, mais seulement 20 mn avant la Shki’a (le coucher du soleil).

Toutefois, si l’on désire allumer plus tôt, nous le pouvons à la condition de ne pas allumer plus tôt que l’horaire du Plag Hamin’ha.

 

La veille de Shabbat, il faut mettre suffisamment d’huile, ou prendre des bougies suffisamment longues, afin que l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca dure jusqu’à ½ heure après la sortie des étoiles, ce qui représente environ plus d’une heure depuis l’heure de l’allumage des Nerot ‘Hanoucca (lorsqu’on les allume 20 mn avant le coucher du soleil).

Si l’on ne possède pas une telle quantité d’huile, ou de telles bougies pour toutes les Nerot ‘Hanoucca qu’il faut allumer ce jour-là, il faut veiller à ce qu’au moins un Ner brûle ce temps-là, afin de s’acquitter au moins du strict Din.

 

Prière de Min’ha le vendredi de ‘Hanoucca

 

La veille de Shabbat, si l’on a la facilité de trouver un Minyan de Min’ha qui prie suffisamment tôt pour permettre ensuite à chacun de se rendre chez lui pour allumer, il est préférable de prier d’abord Min’ha et ensuite d’aller allumer les Nerot de ‘Hanoucca.  

Mais, si l’on ne trouve pas facilement un Minyan qui prie Min’ha suffisamment tôt pour pouvoir ensuite allumer les Nerot ‘Hanoucca, dans ce cas, il est préférable d’allumer d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite de prier Min’ha avec Minyan, plutôt que de prier Min’ha sans Minyan et d’allumer ensuite.

 

Courant d’air et Nerot ‘Hanoucca pendant Shabbat 

 

La veille de Shabbat, il faut placer un objet qui fasse séparation entre les Nerot de ‘Hanoucca et la porte (lorsqu’on allume à la porte, côté gauche en entrant), afin que les Nerot ne s’éteignent pas par le courant d’air, chaque fois que l’on entre ou que l’on sort. Sans cette condition, il sera interdit d’ouvrir ou fermer la porte tant que les Nerot sont allumées, même si on le fait délicatement.

 

Lorsque les Nerot seront éteintes pendant Shabbat, il est interdit de déplacer la ‘Hanoucciya, car elle prend le statut de Moukçé. Sauf si l’on a émis verbalement – avant Shabbat – la condition selon laquelle, dès que les Nerot seront éteintes, il nous sera permis de déplacer la ‘Hanoucciya.

 

Partager cet article

Repost 0
Un Jour Une Halakha
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un Jour Une Halakha de Rubben Salfati
  • Un Jour Une Halakha de Rubben Salfati
  • : Bienvenue sur le site de halakha créé par Rubben Salfati. Vous pouvez consulter des halakhotes et les imprimer gratuitement Un jour une halakha( devise du site). Ce site est mis a jour chaque jour avec une halakha. Vous pouvez me contacter a l'adresse suivant: rubbensalfati@gmail.com
  • Contact

Partenaires Officiels

Site de Ventes d'accessoires

          (telephone etc...)
http://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/528597_221268904643033_117949288308329_269658_902387695_n.jpg

 

 Les-Jardins-du-Tov.JPG


Halakha Par Mot Clef

Emil Zrihan - Ashkélon

Emil Zrihan - Habibi Dyali

Emil Zrihan -Bin El Barah Oul Youm
Emil Zrihan - Ana Dinih Din Alah
By    Rubben Salfati