Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 12:00

 

 

 ‘Hanoucca Spécial

(Dossier Complet) 

 

                                                                                   Imprimer 


I] L’histoire et les Règles de l’allumage

 

L’historique :

 A l’époque du 2ème Beit Hamikdash (le 2ème Temple) (206 ans avant sa destruction), lorsque la Grèce régnait sur le monde, les monarques grecs avaient imposé des décrets sur Israël, dans le but de les détourner de la Torah et des Miçwot. Ils les ont privés de l’étude de la Torah, et se sont emparés de leur argent et de leurs filles. Ils ont pénétré dans le Beit Hamikdash, l’ont souillé de toutes sortes d’idolâtries, et ont rendu impures tout ce qu’ils ont trouvé, ce qui fit souffrir Israël… Jusqu’au moment où Hashem les prie en pitié, et les sauva de la main des Grecs. Une famille de Cohanim - les ‘Hashmonaïm - souleva le peuple contre leurs ennemis, et Hashem leur fit obtenir la victoire, bien qu’ils étaient très peu nombreux face aux Grecs, qui eux, étaient des millions. Après la victoire, les ‘Hashmonaïm décidèrent de restaurer le Beit Hamikdash de toutes les impuretés des Grecs, et voulurent rallumer la Ménorah du Beit Hamikdash, restée jusque-là éteinte. Pour cela, seule une huile d’olive pure, fabriquée à cet effet, et scellée avec le sceau du Cohen Gadol, n’est valable.

Ils trouvèrent, en effet des flacons d’huile d’olive, mais tous les flacons étaient ouverts, et donc inutilisables pour le culte. Après de grandes recherches, ils trouvèrent enfin un flacon d’huile d’olive pure, scellé par le sceau du Cohen Gadol, mais ce flacon ne contenait que la quantité d’huile pour que la Ménora reste allumée qu’une nuit. Il se produit un Ness (un miracle), et la Ménora ne s’éteignit que huit jours plus tard.

 

Les principaux décrets imposés par les Grecs

 

Ne plus pratiquer la Berit Mila (la circoncision)

Ne plus observer Shabbat

Ne plus fixer Rosh ‘Hodesh

 

Il faut être très attentionné envers la Miçwa de l’allumage des lumières de 'Hanoucca, car cette Miçwa est très précieuse, afin de divulguer le miracle, en adressant des remerciements à Hashem. Celui qui accomplie la Miçwa des lumières de 'Hanoucca selon les exigences de la Hala’ha, aura le mérite d’avoir des enfants Talmidé ‘Ha’hamim (érudits dans la Torah). Comme il est dit : « Le Ner (la lampe) est la Miçwa, et la Torah est la lumière » (Mishlé chap.6).

 

Les Règles de l’allumage

 

Il faut allumer à partir de la sortie des étoiles.

Avant d’allumer les Nerot de 'Hanoucca, il faut s’assurer qu’il y a suffisamment d’huile, ou que les bougies soient suffisamment longues pour brûler pendant au moins une demi-heure après l’allumage.

 

La veille de Shabbat, où nous allumons très tôt, il faut veiller à mettre assez d’huile dans les Nerot 'Hanoucca, ou prendre des bougies assez grandes, afin qu’elles brûlent au moins 1 heure et demi.

 

On dispose les Nerot de droite à gauche, et on les allume de gauche à droite.

Mémo technique :

Disposition = écriture hébraïque, de droite à gauche

Allumage = écriture occidentale, de gauche à droite

 

Le 1er soir, nous allumons donc le Ner qui se trouve à l’extrême droite.

Le 2ème soir, nous allumons d’abord celui qui se trouve à gauche de celui de la veille, puis celui de la veille. Et ainsi de suite. Afin que chaque soir, nous allumons d’abord le Ner nouveau, qui représente la continuité du Miracle, et ensuite les autres Nerot.

 

Il est une Miçwa de placer la ‘Hanoukiya à la porte d’entrée, sur le côté gauche (dans les 8 cm de la porte) en entrant.

 

Il faut placer la ‘Hanoukiya à plus de 24 cm du sol de la maison, et Le’hate’hila (à priori), il faut la placer à moins de 80 cm du sol de la maison. Si l’on a placé la ‘Hanoukiya à 9.60 m du sol de la maison, l’allumage n’est pas valable. Il faut l’éteindre et la rallumer à hauteur valable (sans réciter de nouveau les bénédictions).

 

Si l’on a une fenêtre qui donne sur une rue à une hauteur de moins de 9.60 m du sol de la rue (2ème ou 3ème étage), il faut placer la ‘Hanoukiya à cette fenêtre. Dans ce cas, on peut – de façon évidente -  placer la ‘Hanoukiya à plus de 80 cm du sol de la maison (puisqu’aucune fenêtre ne sera à une hauteur aussi basse !).

 

Cependant, même si l’on habite un étage plus élevé (5ème ou 6ème étage), et que l’on est donc à plus de 9.60 m du sol de la rue, si l’on désire malgré tout allumer à une fenêtre qui donne sur une rue, il est permis de le faire tant que les Nerot sont encore visibles par les passants de la rue, à fortiori lorsqu’il y a un autre immeuble qui se trouve face à la fenêtre et que l’allumage sera visible depuis cet immeuble, on peut dans ce cas allumer à la fenêtre, bien qu’elle se trouve à plus de 9.60 m du sol de la rue. (‘Hazon ‘Ovadia – 'Hanoucca page 36).

 

Dans toutes ces hauteurs minimales et maximales, nous ne prenons en considération que la flamme et non la hauteur de la bougie ou de la veilleuse.

 

Il est interdit de tirer profit de la lumière des Nerot de ‘Hanoucca.

C’est pourquoi, il est interdit de compter de l’argent, ou de lire à la lumière des Nerot ‘Hanoucca. C’est pour cette raison que l’on a l’usage d’allumer un Ner supplémentaire (le Shamash) qui a pour vocation d’éclairer en cas de besoin.

Mais au-delà d’une demi-heure depuis l’allumage, il est permis de faire ce que l’on veut à la lumière des Nerot ‘Hanoucca.

 

Les femmes ont la tradition de ne pas effectuer de travaux pendant ‘Hanoucca, dans la 1ère demi-heure pendant laquelle les Nerot sont allumées, et il ne faut surtout pas leur tolérer de faire des travaux pendant ce laps de temps.

 


II] A quel moment précis doit-on allumer les Nerot de ‘Hanoucca ?


 

Le’hate’hila (à priori), il faut allumer les Nerot de ‘Hanoucca immédiatement après la sortie des étoiles. Certains Ashkenazim allument dès le coucher du soleil (la Shki’a).

Il ne faut pas allumer les Nerot de ‘Hanoucca avant l’heure précise de la sortie des étoiles, excepté la veille de Shabbat où nous allumons avant le coucher du soleil, en raison de l’entrée de Shabbat.

 

Si quelqu’un est dans l’obligation de partir en voyage avant l’heure de la sortie des étoiles (et qu’il ne laisse personne à son domicile pour allumer à l’heure), il pourra allumer dès l’heure du Plag Ha-Min’ha (l’heure à laquelle on allume ‘Hanoucca le vendredi), mais sans réciter les Béra’hot.

Mais il est conseillé à cette personne qui doit partir en voyage avant l’heure de l’allumage, de nommer quelqu’un comme son Shalia’h (son délégué), et de lui confier les clefs de son domicile afin que ce délégué allume les Nerot de ‘Hanoucca à sa place, en récitant les Béra’hot et à l’heure de la sortie des étoiles.

 

Si un mari sait qu’il va rentrer chez lui le soir, mais à une heure tardive, il est préférable, dans ce cas également, qu’il délègue sa femme, afin qu’elle allume au moment instauré par nos maitres pour l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca, c'est-à-dire, à l’heure précise de la sortie des étoiles.

 

Il est interdit d’entamer la consommation d’une quantité de pain ou de pâtisserie supérieure à Kabeça (supérieure à 54 g), ½ heure avant l’heure de la sortie des étoiles. Les autres aliments ou boissons sont permis de façon illimitée.

Il en est de même en ce qui concerne entamer un travail manuel, il faut s’en abstenir ½ l’heure avant l’heure de la sortie des étoiles.

Il est même interdit de commencer à étudier la Torah à partir de l’heure de la sortie des étoiles jusqu’à l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca.

 

Si l’on n’a pas allumé à l’heure de la sortie des étoiles, on peut encore le faire durant la 1ère demi-heure qui suit l’heure de la sortie des étoiles.

Si l’on n’a toujours pas allumé durant la 1ère demi-heure qui suit la sortie des étoiles, on peut encore le faire tant qu’il fait nuit (jusqu’à l’heure de ‘Amoud Ha-Sha’har – l’aube).

 

Si l’on rentre à la maison à une heure tardive, et que l’on n’a pas encore allumé les Nerot de ‘Hanoucca, il est bon – dans la mesure du possible - de réveiller 1 ou 2 membres du foyer afin « d’allumer en montrant le Ness (le Miracle) ». Si toutefois, on ne peut pas les réveiller, selon notre maître le Rav Ovadia YOSSEF shalita, on allume malgré tout en récitant les Béra’hot.

Il en est de même pour une personne qui vit seule et qui rentre chez elle à une heure tardive sans avoir allumé les Nerot de ‘Hanoucca, cette personne doit allumer malgré tout, en récitant les Béra’hot.

 

III] Règles pour le voyageur et l'invité pendant 'Hanoucca 

 

Une personne qui part en voyage pendant ‘Hanoucca avec toute sa famille, de sorte qu’il n’y a personne qui allume chez elle ; si cette personne participe financièrement aux frais d’hébergement, elle est tenue de donner également une participation pour les Nerot de ‘Hanoucca, ou bien que son hôte lui en face cadeau. Dans cette situation, cette personne, ainsi que sa famille, sont quittes par l’allumage de celui qui les héberge.
Mais si cette personne voyage seule, et que sa femme ou ses enfants (religieusement majeurs) allument à la maison, cette personne n’est pas tenue de participer financièrement à l’allumage de celui qui l’héberge, et elle s’acquitte par l’allumage qui est effectué à son foyer par sa femme ou ses enfants, même sans y être présent.
Tout ceci dans le cas où cette personne se trouve dans un endroit où il y a des juifs qui allument ‘Hanoucca, et que cette personne a au moins la possibilité de voir des Nerot allumées et de commémorer le Miracle. Mais si elle se trouve dans un endroit où il n’y a pas de juifs qui allument, même si on allume dans son foyer, cette personne est tenue d’allumer avec Bera’ha

Il est bon de s’imposer la ‘Houmra (rigueur non exigée par la Hala’ha) de participer aux frais de l’allumage, même lorsqu’on ne participe pas aux frais de l’hébergement.

Lorsqu’un fils et une belle fille, ou bien un gendre et une fille passent quelques jours ou l’intégralité de la fête de ‘Hanoucca chez les parents ou les beaux-parents, ils se rendent quittes par l’allumage du chef de maison (dans la mesure où aucun autre membre de leur foyer majeure religieusement n’allume à leur domicile). Il n’est même pas nécessaire de donner une participation financière pour l’allumage.

Même si le fils ou le gendre décide de ne pas s’acquitter par l’allumage du chef de maison, et qu’ils allument leurs propres Nerot de ‘Hanoucca, ils ne sont pas autorisés à réciter les Béra’hot sur cet allumage, car ils sont - de toutes les façons - quittes de leur obligation par l’allumage du chef de maison.

S’ils ont passé le Shabbat de ‘Hanoucca chez leurs parents ou beaux-parents et qu’ils ont l’intention de rentrer chez eux à la sortie de Shabbat, ils ne s’acquitteront de la Miçwa de ‘Hanoucca qu’une fois rentré chez eux en allumant leurs propres Nerot, car la Miçwa des Nerot de ‘Hanoucca dépend du lieu où l’on va dormir et non du lieu où l’on a mangé.

 

IV] Les femmes et l’allumage de ‘Hanoucca


Les femmes sont soumises à l’obligation d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca.

Par conséquent, une femme qui vit seule, est tenue d’allumer chaque soir les Nerot de ‘Hanoucca en récitant les Béra’hot, exactement comme un homme.

 

De même, lorsqu’un mari est absent de la maison, il doit déléguer sa femme afin qu’elle allume les Nerot de ‘Hanoucca en son absence. De cette façon, le mari est quitte de la Miçwa là où il se trouve, et ne doit donc pas allumer là où il se trouve (Sauf s’il se trouve à un endroit où il n’y a pas de juifs et qu’il n’a donc pas la possibilité de voir les Nerot ‘Hanoucca. Dans ce cas, il doit lui aussi allumer là où il se trouve, en plus de l’allumage effectué par son épouse à son foyer).

 

Même dans le cas où le mari sait qu’il va rentrer chez lui le soir, mais à une heure tardive, il est préférable, dans ce cas également, qu’il délègue sa femme, afin qu’elle allume au moment instauré par nos maîtres pour l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca, c'est-à-dire, à l’heure précise de la sortie des étoiles.

 

Mais selon la tradition des Ashkenazim où chaque membre du foyer allume ses propres Nerot, si le mari est absent mais qu’il se trouve dans un endroit où il a la possibilité d’allumer, il est bon qu’il allume sans réciter les Béra’hot, et sa femme allume à la maison avec les Béra’hot. Si le mari en a la possibilité, avant d’allumer, il est bon qu’il écoute les Béra’hot de quelqu’un qui allume ses Nerot.

 

Bien que les femmes sont soumises à l’obligation d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca, lorsque c’est le chef de famille qui allume, sa femme et ses filles n’allument pas de Nerot de façon indépendante, car elles sont quittes par l’allumage du chef de famille, comme l’ensemble des membres du foyer.

Même chez les Ashkenazim où chacun allume ses propres Nerot, l’épouse et les filles s’acquittent par l’allumage du chef de famille.

 


V] L’allumage des Nerot ‘Hanoucca la veille de Shabbat



La veille de Shabbat, on allume d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite, les Nerot Shabbat.

Si l’on est en retard, et que l’entrée de Shabbat est proche, la femme peut allumer les Nerot Shabbat dès que le mari aura récité les Béra’hot et allumé le 1er Ner de ‘Hanoucca, même s’il reste au mari à finir l’allumage des autres Nerot de ‘Hanoucca.

 

La veille de Shabbat, il ne faut pas allumer les Nerot ‘Hanoucca trop tôt, mais seulement 20 mn avant la Shki’a (le coucher du soleil).

Toutefois, si l’on désire allumer plus tôt, nous le pouvons à la condition de ne pas allumer plus tôt que l’horaire du Plag Hamin’ha.

 

La veille de Shabbat, il faut mettre suffisamment d’huile, ou prendre des bougies suffisamment longues, afin que l’allumage des Nerot de ‘Hanoucca dure jusqu’à ½ heure après la sortie des étoiles, ce qui représente environ plus d’une heure depuis l’heure de l’allumage des Nerot ‘Hanoucca (lorsqu’on les allume 20 mn avant le coucher du soleil).

Si l’on ne possède pas une telle quantité d’huile, ou de telles bougies pour toutes les Nerot ‘Hanoucca qu’il faut allumer ce jour-là, il faut veiller à ce qu’au moins un Ner brûle ce temps-là, afin de s’acquitter au moins du strict Din.

 

Prière de Min’ha le vendredi de ‘Hanoucca

 

La veille de Shabbat, si l’on a la facilité de trouver un Minyan de Min’ha qui prie suffisamment tôt pour permettre ensuite à chacun de se rendre chez lui pour allumer, il est préférable de prier d’abord Min’ha et ensuite d’aller allumer les Nerot de ‘Hanoucca.  

Mais, si l’on ne trouve pas facilement un Minyan qui prie Min’ha suffisamment tôt pour pouvoir ensuite allumer les Nerot ‘Hanoucca, dans ce cas, il est préférable d’allumer d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite de prier Min’ha avec Minyan, plutôt que de prier Min’ha sans Minyan et d’allumer ensuite.

 

Courant d’air et Nerot ‘Hanoucca pendant Shabbat 

 

La veille de Shabbat, il faut placer un objet qui fasse séparation entre les Nerot de ‘Hanoucca et la porte (lorsqu’on allume à la porte, côté gauche en entrant), afin que les Nerot ne s’éteignent pas par le courant d’air, chaque fois que l’on entre ou que l’on sort. Sans cette condition, il sera interdit d’ouvrir ou fermer la porte tant que les Nerot sont allumées, même si on le fait délicatement.

 

Lorsque les Nerot seront éteintes pendant Shabbat, il est interdit de déplacer la ‘Hanoucciya, car elle prend le statut de Moukçé. Sauf si l’on a émis verbalement – avant Shabbat – la condition selon laquelle, dès que les Nerot seront éteintes, il nous sera permis de déplacer la ‘Hanoucciya.

 

VI] L’allumage des Nerot de ‘Hanoucca à la sortie de Shabbat


À la synagogue, après la prière de ‘Arvith, on allume d’abord les Nerot ‘Hanoucca, et ensuite, on récite la Havdala. 


Par contre, à la maison, on procède d’abord à la Havdala, et ensuite on allume les Nerot de ‘Hanoucca. 


Les personnes qui s’imposent durant toute l’année, d’attendre l’heure de la nuit selon Rabbénou Tam pour faire sortir le Shabbat, doivent également attendre cette horaire à la sortie du Shabbat ‘Hanoucca, pour allumer les Nerot de ‘Hanoucca. Le fait d’observer l’heure selon Rabbénou Tam à la sortie de Shabbat, n’est pas seulement une « bonne tradition », mais une attitude qu’il est souhaitable pour chacun et chacune d’adopter, puisque MARAN tranche dans le Shoul’han ‘Aroukh selon Rabbénou Tam pour l’heure de la tombée de la nuit. 

Il est interdit de réciter la Bera’ha de Boré Mé-Oré Haesh (la Bera’ha sur les flammes dans la Havdala) sur les Nerot ‘Hanoucca. Par contre, il est permis de réciter la Bera’ha de Boré Mé-Oré Haesh sur le « Shamash ». 


On ne peut pas s’acquitter de l’obligation de l’allumage de ‘Hanoucca avec une lumière électrique. De même, il est interdit d’allumer les Nerot de ‘Hanoucca de la synagogue avec une lumière électrique. On ne doit pas non plus réciter la Bera’ha de She’assa Nissim à la vision de Nerot allumées par l’électricité. 


Dans un cas de force majeure,l’on ne peut se procurer autre chose que de la lumière électrique pour l’allumage de ‘Hanoucca, on peut allumer mais sans réciter de Béra’hot 

Il en est de même concernant la flamme de la Havdala. Par contre, pour les Nerot de Shabbat, le Din diffère légèrement, et nous l’avons déjà expliqué dans une précédente Halakha. 

 

Partager cet article

Repost 0
Un Jour Une Halakha
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un Jour Une Halakha de Rubben Salfati
  • Un Jour Une Halakha de Rubben Salfati
  • : Bienvenue sur le site de halakha créé par Rubben Salfati. Vous pouvez consulter des halakhotes et les imprimer gratuitement Un jour une halakha( devise du site). Ce site est mis a jour chaque jour avec une halakha. Vous pouvez me contacter a l'adresse suivant: rubbensalfati@gmail.com
  • Contact

Partenaires Officiels

Site de Ventes d'accessoires

          (telephone etc...)
http://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/528597_221268904643033_117949288308329_269658_902387695_n.jpg

 

 Les-Jardins-du-Tov.JPG


Halakha Par Mot Clef

Emil Zrihan - Ashkélon

Emil Zrihan - Habibi Dyali

Emil Zrihan -Bin El Barah Oul Youm
Emil Zrihan - Ana Dinih Din Alah
By    Rubben Salfati