Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 15:20

 

Parasha Bo


Ce Dvar Torah est particulièrement dédié à la Réfoua Shélema de Notre maître le Gaon

Rav Ovadia YOSSEF Shalita .

 

I] Les 3 dernières plaies

 

 

La huitième plaie :


Les sauterelles:

Pourquoi cette plaie leur fut-elle envoyée ? parce qu’ils avaient obligé les enfants

d’Israël à planter du blé, des fèves, des lentilles, et toutes sortes de graines,

ainsi les sauterelles dévorèrent tout ce qu’avaient planté les hébreux.

                                                                                                          (Eliahou Rabba 7)                                                                                  


Les sauterelles étaient si nombreuses qu’elles couvraient la face du soleil et il

 semblait qu’il faisait nuit même le jour.                                   

                                                (Midrash Hagadol Bo 10 ;15)

 

Rabbi Yo’hanan dit : « Les Egyptiens se réjouirent de cette palie parce qu’ils

pensaient qu’ils pourraient ainsi conserver les sauterelles dans les pots et les manger.

Hashem dit alors : « Résha’im ! Vous vous réjouissez de la plaie que Je vous envoie ! »

Aussitôt, Il envoya un vent très puissant qui entraina avec lui toutes les sauterelles

loin du pays d’Egypte, et même les sauterelle conservées dans les pots s’enfuirent

                                                                                (Midrash Tan ‘Houma Waéra 12)


Les Egyptien avaient volé la récolte des hebreux. Les sauterelles détruisirent ainsi

leur récolte.

                                                                                  (Midrash Rabba 7 ;14)

 

Les sauterelles mangèrent toute la nourriture qu’il y avait dans les champs.

                                                                                    (Midrash Hagadol Bo 10 ;12)


La morsure des sauterelles amenait la mort aux Egyptiens

                                                                                          (Midrash Hagadol Bo 10 ;17)


Pendant la plaie des sauterelles, des serpents venimeux survinrent

et tuèrent de nombreux Egyptien.   

 

 

                            La neuvième plaie :

 

Les ténèbres :

Les Egyptien furent frappés par cette plaie parce qu’ils avaient fait travailler

les Hebreux depuis le petit jour jusqu’aux heures avancées

de la nuit.                                                          (Yalkout Méam Loez Bo 3 ;20)

 

                       

Le hebreux avaient été obligés de porter des forches sur leur tete afin

d’éclairer les Egyptiens. C’est une des raisons pour laquelle les Egyptiens

furent frappés par cette plaie.

                                                        (Yalkout Méam Loez Bo 3 ;20)    

  

L’obscurite était telle que l’on ne pouvaient rien distinguer                                                                       (Aémèk Davar Bo 10 ;23)


Les trois derniers jours de la plaie, les Egyptiens étaient immobilisés par l’épaisseur de l’obscurité et ne pouvaient plus bouger.                                                           

                                                                  (Shémot Rabba 14 ;3)  

                                                  

 

La Dixième plaie :

 

La mort des premiers nés :

Les bebes des enfants d’Israel furent jetes dans le Nil, c’est pourquoi les enfants premier-nés des Egyptiens moururent durant cette plaie.                                                                                                                                         

 

 

 

 

 

Un mauvais comportement et ses conséquences dramatiques 

 

Il est dit dans notre Parasha :  

« Le séjour des Bné Israêl en Egypte, dura 430 ans. »  (Shemot 12)


Il est enseigné dans le Midrash (Pessikta) :

Nos maîtres ont demandé : « Puisque les Bné Israël sont si précieux pour Hashem, pourquoi leur avoir fait subir l’exile d’Egypte ?! »


Rabbi ‘Hanina explique :

"Hashem n’agit que selon le principe de « Mida Kenegued Mida » (mesure pour mesure). Or, Ya’akov Avinou avait 4 femmes : Ra’hel, Leah, et leurs 2 servantes respectives : Bilha et Zilpa. Les 12 Shevatim (les 12 enfants de Ya’akov Avinou) sont nés des 2 Matriarches, et de leurs 2 servantes. Les enfants de Ra’hel et de Leah, se moquaient et humiliaient leurs frères en les traitant de « fils d’esclaves ». Ils ne leur montraient aucune fraternité."


C’est pour cela qu’Hashem eu recours à l’esclavage d’Egypte.

Hashem se dit : « Que puis je faire pour qu’ils acceptent leurs frères ? Je vais les faire descendre en Egypte afin qu’ils soient tous esclaves. Ainsi, lors de leur future délivrance, je leur donnerais la Miçwa de la consommation de la Maça pour Pessa’h, à laquelle participeront également leurs enfants et leurs petits enfants, et ils pourront tous dire : Nous étions esclaves de  Par’o en Egypte »  

  (עבדים היינו לפרעה...  ). 

  

 

"Tout ceci afin de montrer à tout l’univers, la Grandeur et la Gloire d’Hashem. Pour que chacun imite le comportement d’Hashem, afin de faire régné la paix et la fraternité entre tous. C’est pour cela que l’un des Noms d’Hashem est SHALOM". Fin de citation du Midrash.


Ce Midrash est très effrayant !

En effet, selon cette explication de Rabbi ‘Hanina, toute la raison pour laquelle s’est produit le grand événement de l’esclavage d’Egypte, ainsi que la raison de la Miçwa de Maça, ne se limitent qu’à une seul chose :

Faire régner la paix et la fraternité au sein du peuple d’Israël, afin de les rendre égaux l’un aux yeux de l’autre. Pour que personne ne puisse dire à l’autre : « Moi je suis un descendant de Ra’hel, alors que toi tu es inférieur à moi, puisque tu descend de Zilpa ! » Nous pouvons en déduire que si les enfants des Matriarches ne se seraient pas élevé au dessus de leurs frères, les enfants de Bilha et de Zilpa, peut être qu’Israël n’aurait pas vécu le drame de l’esclavage d’Egypte, et n’aurait pas subit le despotisme de Par’o ? Peut être que toutes leurs souffrance en Egypte auraient pu leur être épargnées, si les enfants de Ya’akov Avinou avaient su se comporter envers leurs frères ?!


Il n’y a aucun doute que si les Saints Shevatim avaient su la colère Divine qu’ils avaient provoqué sur eux même en conséquence à leur sentiment de domination sur leurs frères, ils auraient été beaucoup plus vigilants envers le respect qu’ils devaient à leurs frères, et grâce à cela, ils auraient été sauvés de l’exil d’Egypte.


De même, tout individu doit être très vigilant dans ses actes, aussi bien vis-à-vis de son prochain que vis-à-vis d’Hashem, car on ne peut pas savoir quelle catastrophe est susceptible de nous arriver (Hass Veshalom) de façon conséquente à un sentiment ou un acte qui peuvent nous paraître très insignifiants.

Si l’on se préserve de tels agissements, on méritera une récompense dont on est loin de se douter de l’importance.

A l’inverse, si l’on sous-estime nos actes et nos comportements, on est loin de se douter combien on devra payer pour réparer nos négligences, parfois même avec de très gros intérêts, comme les Shevatim ont payé très cher leurs humiliation envers leurs frères.


C’est ainsi que nous pouvons expliquer l’enseignement de nos maîtres dans les Pirké Avot :

"Sache d’où tu viens, et où tu vas, et devant qui tu es appelé à rendre Din et ‘Heshbon" (rendre des comptes)


Apparemment, il n’était pas nécessaire d’employer les 2 termes pour dire « rendre des comptes ». Pourquoi utiliser à la fois le terme Din et le terme ‘Heshbon ?

Le Rosh Yeshiva de Porat Yossef (Jérusalem), le Gaon Rabbi Yehouda MO’ALAM shalita a un jour expliqué de la façon suivante :

Lorsqu’un individu quitte ce monde après 120 ans, on lui apprend d’abord quel est la véritable récompense qui correspond à chaque Miçwa, ainsi que le véritable châtiment qui correspond à chaque ‘Avera, ainsi que toutes ses conséquences.

Ensuite, on lui fait défiler tout le déroulement de son existence, et c’est lui-même qui tranche son propre jugement sur ses actes, selon les récompenses et les châtiments qu’on lui a enseigné juste avant.


C’est cela le sens de Din et ‘Heshbon. Il apprend d’abord le Din (la loi) de chaque action, et ensuite, il rend le ‘Heshbon (le compte) lui-même sur ses propres actes.


Nos maîtres nous enseignent dans la Gmara Sanhedrin (97a):

"Si le peuple d’Israël ne fait pas Teshouva, Hashem lui impose un roi dont les décrets sont aussi durs que ceux de Haman, et Il les ramène dans le droit chemin."


Nos maîtres nous ont donc dévoilé que si nous ne prenons pas conscience qu’il faut faire Teshouva devant Hashem, de terribles décrets nous guettent (Lo ‘Alenou).

Il n’y a donc pas de doute que si nous nous comportons selon la volonté d’Hashem, en pensant également aux gens qui nous entourent, afin de leur donner à eux aussi le mérite de marcher dans le chemin de la Torah, nous nous sauverons du malheur, et nous aurons le mérite de voir notre Juste Mashia’h, très rapidement.


Shabbat Shalom

 

Ce Dvar Torah est particulièrement dédié à la Réfoua Shélema du Gaon

Rabbi Ya’akov ‘Haï Ben Margalit (YOSSEF) Shalita, atteint d’une grave maladie.

Il est le fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Shalita 

Partager cet article

Repost 0
Un Jour Une Halakha
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Un Jour Une Halakha de Rubben Salfati
  • Un Jour Une Halakha de Rubben Salfati
  • : Bienvenue sur le site de halakha créé par Rubben Salfati. Vous pouvez consulter des halakhotes et les imprimer gratuitement Un jour une halakha( devise du site). Ce site est mis a jour chaque jour avec une halakha. Vous pouvez me contacter a l'adresse suivant: rubbensalfati@gmail.com
  • Contact

Partenaires Officiels

Site de Ventes d'accessoires

          (telephone etc...)
http://a3.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/528597_221268904643033_117949288308329_269658_902387695_n.jpg

 

 Les-Jardins-du-Tov.JPG


Halakha Par Mot Clef

Emil Zrihan - Ashkélon

Emil Zrihan - Habibi Dyali

Emil Zrihan -Bin El Barah Oul Youm
Emil Zrihan - Ana Dinih Din Alah
By    Rubben Salfati